Filtres
edmill-podcast-afnor

Réforme, formation professionnelle, RNQ, Datadock… Comment transformer ce contexte mouvant en opportunités ? (2/2)

 

Retranscription écrite (ci-dessous)

 

Clément Horvath : La première méthode d’ingénierie de formation digitale certifiée, une avancée majeure pour l’apprentissage numérique : découvrez comment, et pourquoi, avec la présence exclusive au micro de Frank Pinguet, responsable avant-projet chez AFNOR Certification et Florent Teyras, Learning Consultant à My-Serious-Game pour le projet EdMill.

CH : Frank, avant tout, est-ce que vous pouvez nous rappeler le rôle de l’AFNOR ?

FP : Le rôle de l’AFNOR est de créer des référentiels, notamment lorsque ces derniers n’existent pas, ou quand les normes n’existent pas pour certifier un organisme. Certifier c’est reconnaitre la conformité dudit organisme par rapport à un référentiel, le référentiel pouvant être une norme ou non.

CH : Référentiel qui pour le coup n’existait pas dans ce projet ?

FP : Effectivement ! Nous l’avons créé spécifiquement pour le secteur du digital, car il y avait peu de normes qui évoquaient le digital en formation professionnelle.

CH : Florent, peux-tu nous rappeler ce que My-Serious-Game a certifié ?

FT : My-Serious-Game s’est lancé dans un projet de certification avec l’AFNOR de notre quotidien de travail que représentent la conception, l’ingénierie de formation de produits et de solutions de formations digitales. L’objectif pour My-Serious-Game était de pouvoir amorcer une rencontre avec l’AFNOR et de pouvoir ramasser dans un référentiel l’ensemble des pratiques que nous mettons en œuvre quotidiennement pour la conception et la réalisation de formations et de solutions digitales.

CH : Concrètement, ce que vous avez certifié, c’est une méthode ?

FT : Il s’agit effectivement d’une méthode d’ingénierie – ingénierie de formation, ingénierie pédagogique, stratégies d’évaluation – que nous avons écrite au travers d’un référentiel, pour que, puissent être identifiées et inscrites dans le marbre les bonnes pratiques en matière de conception et d’ingénierie de formation digitale.

CH : Frank, pourquoi cette certification ? Est-ce qu’il y avait un manque dans le domaine de la formation digitale ?

FP : Effectivement. On a à ce jour beaucoup de normes franco-françaises ou internationales dans le secteur de la formation professionnelle, mais aucune réellement n’abordait les spécificités des formations digitales. Donc, tout en partant de l’existant, on n’a pas remis en cause les normes ni françaises ni internationales, on s’est appuyé sur ces normes pour spécifier et mettre en avant les particularités du monde du digital pour mettre en valeur ces spécificités.

CH : En quoi ce label est-il important pour une entreprise qui veut former ses collaborateurs ?

FT : L’objectif aussi de certifier cette méthode et l’intérêt pour une entreprise ou un organisme de formation qui voudrait obtenir ce label, c’est de réfléchir dans l’optique d’une politique de qualité globale. On a un certain nombre d’adjonctions législatives qui frappent les organismes de formation et les organisations qui font de la formation.

On parle beaucoup du RNQ aujourd’hui. L’objectif et l’intérêt pour une entreprise ou pour un organisme de formation de se lancer dans la conquête de cette certification est de sécuriser ses pratiques de formation. Il y a, à travers, à la fois la sélection d’organismes de formation détenteurs de cette certification ou en collecte de cette certification d’ingénierie de formation digitale, la garantie de pouvoir respecter un certain nombre de normes, de préceptes qui garantissent la qualité et l’efficacité d’une solution de formation digitale.

CH : En quoi est-ce une avancée importante dans le domaine de la formation, d’avoir cette nouvelle certification ?

FT : Le secteur du digital atteint un degré de maturité très intéressant, qui a aussi certaines fois ses écueils, c’est-à-dire qu’un certain nombre d’organismes proposent des solutions, et il est important pour le consommateur que nous sommes, le consommateur de formation que nous sommes, qu’il s’agisse d’une entreprise, ou d’un particulier avec l’avènement du CPF aujourd’hui, de pouvoir se retrouver dans cette offre de formation qui est pléthorique sur le point de vue du digital et d’obtenir un certain nombre des garanties de qualité.

Dans la même catégorie

illustration-moulin-contact-podcast
20 janvier 2020

Podcast #2 • Le marché de la formation professionnelle : comment s’en sortir ?

Le marché du digital learning, un écosystème dense, des outils nombreux… Comment s’en sortir ?…

En Savoir +
illustration-podcast-edmill
20 janvier 2020

Podcast #3 • Transformer les réformes de la formation professionnelle en opportunités

Réforme, formation professionnelle, RNQ, Datadock… Comment transformer ce contexte mouvant en opportunités ? (1/2)  …

En Savoir +
illustration-podcast-edmill-imp
16 janvier 2020

Podcast #1 – (Enfin !) Une méthodologie pour concevoir des formations digitales

Méthodologie de conception de contenus digitaux… enfin une base de référence sur le marché de…

En Savoir +

Je veux être tenu.e au courant des dernières actualités d'EdMill

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.